vendredi 15 décembre 2006

Une bande dessinée mythique!





Notre héros, accompagné dès la première case par Milou, part comme reporter en Russie soviétique. Sa mission: tenir les jeunes lecteurs du journal le petit "Vingtième" au courant de ce qu'il se passe en Union soviétique. C'est la naissance d'un mythe dans un album qui deviendra, lui aussi mythique...

---

La seule documentation dont pu se servir Hergé était le livre Moscou sans voiles. Ce livre a été écrit en 1928 par Joseph Douillet, ancien consul de Belgique en URSS. Joseph Douillet y dressait un bilan négatif impressionnant de la Russie. Hergé découvre que dans cette Russie, ce n’est que terreur désolation et famine et que seul le bon communiste peut y survivre. La police secrète règne en maître et la propagande est destinée à duper l’étranger.


---
Cet ouvrage est aujourd’hui assez amusant tant est systématiquement le parti pris de l’auteur et tant sont parfois curieux les motifs d’indignation qu’il choisit. Ainsi ce fragment se retrouve repris quasiment mot pour mot dans l'album:

Le communiste camarade Oubiykone (président sortant du comité exécutif) prononça un discours. Voici en quels termes il apostropha la foule :
Trois listes sont en présence : l’une est celle du parti communiste. Que ceux qui s’opposent à cette liste lèvent la main !
Simultanément, Oubiykone et ses quatre collègues sortirent leurs revolvers et désignèrent la foule des paysans, l’arme menaçante au poing. Oubiykone continua :
- Qui donc se déclare contre cette liste ? Personne ? Je déclare que la liste communiste passe à l’unanimité. Il devient donc inutile de faire voter pour les deux autres.

---


Par delà son aspect politique, nous voyons dans cette album s’inventer la bande dessinée selon Hergé et nous découvrons la naissance d’un art. Sous l’influence des comics américains, Hergé passe dans Tintin au pays des Soviets de la conception illustrative à celle d’un langage nouveau où texte et image se complètent sans se répéter, peu évidente à l’époque.


---


La technique du dialogue intégré au dessin était si loin d’aller de soi à l’époque, que lorsque Tintin au pays des Soviets se trouva repris dans l’hebdomadaire français Cœurs vaillants, les responsables du journal, convaincus que les lecteurs ne réussiraient pas à comprendre l’histoire, rajoutèrent des textes explicatifs en dessous des images.


---


Mais si l’album est passionnant, c’est aussi que de pages en pages, on y voit le talent d’Hergé s’affermir et son personnage se préciser. Au début de l’album, Tintin n’est qu’un gros scout lourdaud et ridicule. A la fin de son aventure chez les bolcheviques, il ressemble largement au personnage que nous connaissons. En 138 planches, Hergé à fait tout son apprentissage.



---


Mais, outre le fait que Tintin au pays des Soviets est la première des aventures de Tintin, cet album est devenu mythique par le fait qu’il a longtemps été introuvable. Initialement publié 5000 exemplaires par les Editions du Petit Vingtième, Tintin au pays des Soviets fut le seul des premiers albums d’Hergé à ne pas se trouver repris, dans les années suivantes, par les éditions Casterman.


---


Mais, outre le fait que Tintin au pays des Soviets est la première des aventures de Tintin, cet album est devenu mythique par le fait qu’il a longtemps été introuvable. Initialement publié en 5000 exemplaires par les Editions du Petit Vingtième, Tintin au pays des Soviets fut le seul des premiers albums d’Hergé à ne pas se trouver repris, dans les années suivantes, par les éditions Casterman.


---

La demande était si forte que l’on vit bientôt fleurir diverses éditions pirates. Hergé tenta d’abord de saisir la justice, mais de nouvelles éditions ne cessant de faire surface, il se résolut finalement à couper l’herbe sous le pied aux pirates en autorisant la republication de l’album. Celui-ci parut dans les Archives Hergé en 1973. Mais de nouvelles versions pirates parurent imitant d’aussi près que possible la version d’origine. Il ne restait donc qu’une chose à faire : publier un véritable fac-similé de l’édition d’origine.


---

Le succès de cette initiative fut sans précédant puisqu’il se dans les trois derniers mois de 1981 près de 100 000 exemplaires de cette réédition.Le succès de la réédition de Tintin au pays des Soviets décida Hergé et Casterman à entreprendre la réédition sous la même forme de tous les autres albums noirs et blancs; pour le plus grand plaisir de tous les amateurs…

---






Aucun commentaire: