mardi 19 décembre 2006

"M" comme métro



photo: emblème du métropolitain de Moscou



Le métro de Moscou, qui dessert presque l’ensemble du territoire de la capitale russe, est l'un des métros les plus utilisés au monde : il transporte quotidiennement 9 millions de passagers (3,5 milliards par an) soit plus que le métro de New York et le métro de Londres réunis. Le métro de Moscou est réputé notamment pour la profondeur de ses tunnels, sa grande efficacité ainsi que pour la magnificence de ses stations. On appelle d’ailleurs les stations du métro de Moscou les « palais souterrains ». Le métro de Moscou compte 172 stations réparties sur 12 lignes et 278,3 km de voies.

Chaque ligne est identifiée par un chiffre, un nom et une couleur. Les annonces vocales dans les trains se réfèrent aux noms des lignes tandis que dans l’usage courant, les gens indiquent la couleur des lignes.




La plupart des lignes s’étendent au dela des limites de la ville. Une ligne circulaire de 19,4 km relie la plupart des lignes. Sur toutes les lignes, les voyageurs peuvent déterminer la direction du train selon les annonces vocales.


Sur la ligne circulaire, la voix masculine indique un déplacement dans le sens des aiguilles d’une montre et une voix féminine indique un déplacement dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.


Sur les lignes radiales, une voix masculine indique un déplacement vers le centre tandis qu’une voix féminine indique un déplacement vers la périphérie (astuce mémotechnique : « votre patron vous appelle au travail et votre femme vous rappelle à la maison »).
De plus, il y a dans le Métro de Moscou une grande quantité de pancartes, signes et tableaux divers permettant aux passagers de s'orienter à condition de connaître l’alphabet cyrillique).






La distance moyenne entre les stations est de 1 800 mètres : la plus petite est de 502 mètres et la plus longue de 3413 mètres. L'espacement important des stations permet une vitesse commerciale élevée (41,6 km/h).

Quelques chiffres :

15 juin 1931 : décision de construire le métro.
14 et 15 mai 1935 : inauguration de la première ligne (de la station Sokolniks à Park Kultury).
22 juin 1941 : le métro a désormais deux fonctions : à la fois entreprise de transport et abri pour les populations durant les alertes aériennes.
6 septembre 1947 : par décret du Soviet suprême de l'URSS, le métro est récompensé de l'ordre de Lénine pour son organisation modèle du travail, pour le transport de la population et la maîtrise des techniques mises en œuvre.
1995 : en 60 ans (1935-1995), plus de 86 milliards de passagers ont été transportés.

---


Les travaux du métro commencèrent en décembre 1931, durant la période du premier plan quiquennal de Staline. Le parti communiste ayant décrété que - tout le pays prendrait part à la construction du métro - des ouvriers, hommes et femmes, furent recrutés dans toute l'Union Soviétique pour travailler sur les chantiers aux côtés des soldats de l'Armée Rouge et plus de 13 000 volontaires, membres des jeunesses communistes. Pour commémorer l'engagement massif de ces jeunes, on créa la station Komsomolkaïa. Comme la main d'oeuvre, les matériaux de construction provenaient de différentes régions: les rails, des aciéries de Kouznetsk, le marbre, de l'Oural et le granit, de la Carélie et de l'Ukraine.

---


Pour décorer le métro, on fit appel aux meilleurs artistes de L'URSS, qui dans les limites du réalisme socialiste, s'inspirèrent le plus souvent de thèmes tels que la révolution, la défense nationale et la vie soviétique.

---


Les premières lignes de métro furent creusées à des profondeurs suffisantes pour pouvoir servir d'abris en temps de guerre. En novembre 1941, les troupes allemandes étaient arrivées aux portes de Moscou et L'URSS sebattait pour sa survie. Achevée 3 ans plus tôt, la station Maïakovskaïa devint le qurtier général des forces anti-aériennes. C'est dans ce spacieux couloir central que Staline s'adressa aux généraux et militants du parti la veille du départ de l'Armée Rouge pour le front.

---


La station Tchistye proudy fut également le quartier général de l'etat-major durant toute la seconde guerre mondiale. C'est ici que Staline et ses conseillers organisèrent les premières offensives contre les nazis, et le métro devint alors un symbole important de la résistance contre l'invasion allemande.

Un second métro ?

Bien que cela n'ait jamais été officiellement confirmé, plusieurs études indépendantes suggèrent l'existence d'un deuxième réseau de tunnels sous juridiction militaire, le Métro 2, encore plus profond que le réseau « public », prévu pour l'évacuation de personnes clefs en cas d'attaque. La construction de ce réseau aurait commencé sous Staline et était appelé D-6 par le KGB. Des rumeurs prétendent que la longueur de ce réseau excède celle du métro « normal », qu'il comporte quatre lignes reliant le Kremlin, les quartiers généraux du FSB, le Ministère de la Défense ainsi que plusieurs autres installations stratégiques dont l'Aéroport Vnoukovo et la ville militaire de Krasnoznamensk.
---

Il existerait aussi des entrées à ce réseaux à partir de plusieurs édifices civils comme la Bibliothèque d'État, l'Université d'Etat de Moscou et au moins deux stations de métro régulières. On dit que ce réseau servirait à l'évacuation de l'élite politique et militaire en cas d'attaque. La seule jonction connue entre les deux réseaux de métro est derrière la station Sportivnaïa. Le dernier segment de ce réseau secret a été complété en 1997…


premiers repères dans le métro en septembre 2006 avec Aurélie


Aucun commentaire: