mercredi 21 mars 2007

mardi 20 mars 2007

Libérez vos livres!!



Si en vous promenant dans un parc vous tombez sur un livre, surtout ne le laissez pas où il est. Il peut, sans que vous le sachiez encore, vous être destiné!


Une notice à l'intérieur vous explique le principe de l'opération: ce livre a été déposé pour vous... vous pouvez le feuilleter ou l'emporter chez vous pour le lire...puis le déposer ailleurs afin qu'il poursuive sa route en Russie ou dans le monde entier.


Le bookcrossing www.bookcrossing.com a vu le jour en 2001 aux Etats-Unis. Il a été crée par un informaticien et sa femme. Le mouvement s'est développé et a franchi les frontières. En Russie, le bookcrossing est apparu en 2005. Pour devenir membre il suffit de s'inscrire sur le site. Le bookcrosseur obtient alors une image virtuelle de ses livres.


Si un bookcrosseur ne veut pas courir le risque d'abandonner un livre dans la nature au risque qu'il tombe aux oubliettes, il est possible de le laisser sur des étagères sûres dont les adresses sont consultables sur le site.


Un livre volontairement abandonné par son propriétaire peut revenir à son propriétaire ou disparaître. Il peut aussi faire le tour du monde.


Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site suivant mais il n'est qu'en russe!




bonne lecture!

samedi 17 mars 2007

Trucs astuces et bonnes idées

  • Si vous allez au théâtre, prenez des petites jumelles (à prononcer comme "binocle" en français) au vestiaire au moment où vous laissez votre manteau. Il ne vous en coûtera que 50 roubles (1.50 euro) et vous n'aurez pas besoin de faire la queue à la fin de la représentation pour récupérer vos biens.
  • Si vous voyez un jour que le métro est bondé et que miraculeusement un wagon est vide, ne vous dites surtout pas que la chance est avec vous, bien au contraire. Pour une fois faites comme les autres et agglutinez vous dans les wagons pleins. Le wagon vide cache toujours une surprise très désagréable et si vous en faite l'expérience vous comprendrez alors pourquoi!
  • Il est toujours nécessaire d'avoir sur soi de l'argent liquide. Ne serait-ce que pour prendre "un taxi sauvage" si vous n'avez plus de moyens de locomotion disponibles.
  • Il est indispensable de TOUJOURS avoir son passeport sur soi. Les contrôle de police sont fréquents. Ne soyez pas frustrés si on vous arrête, les russes se font contrôler également. Le cas échéant vous pourriez passer un moment désagréable au poste de police avec des policiers qui ne parlent pas un mot d'anglais. Mieux vaut prévenir que guérir. Ayez toujours sur vous le numéro d'un ami russe qui pourra vous aider à parlementer.
  • Si vous poser une question à un passant ne vous contentez pas d'une seule réponse. Interrogez le plus de monde possible afin de faire croître la probabilité d'obtenir une réponse sûre; le principe en Russie veut en effet qu'un renseignement n'est probablement juste que lorsque plus de la moitié d'un bon nombre de personnes ont donné la même réponse.
  • Ne buvez pas l'eau du robinet et oui chaque ville a son lot de désagréments!
  • Si vous n'offrez pas une fleur à une femme ou aux femmes travaillant pour vous le jour de la fête des femmes le 8 mars, vous serez très mal perçu.
  • Les conversations téléphoniques (appareil fixe) à l'intérieur de Moscou sont gratuites.
  • La vodka se commande par grammes (30g, 50g ou 100g).
  • Des cartes discount (10%, 15%) sont disponibles dans différents restaurants qui ne sont pas réputés pour avoir une note légère (Aist, Casual, Vanille...). Bien évidemment la carte discount s'achète et il en existe plusieurs, à vous de bien gérer vos billes!
  • Les 18 avril et 18 mai 2007, la plupart des musées de Moscou sont gratuits. Les annonces sont faites dans les journaux peu avant.
  • Si vous vous promenez du côté de Tchistie Proudy, n'hésitez pas à sauter dans le tramway "Anouchka", reconnaissable par ses couleurs, qui notamment s'arrête devant la station du même nom. Sa trajectoire est une boucle autour de l'étang. Il s'agit d'un tramway bar-restaurant. Il y a une vingtaine de places assises. Le prix d'entrée est de 50 roubles. La carte se compose de salades, entrées, plats chauds et froids. Il est possible de réserver tout le tramway à raison de 2000 roubles par heure. Réservation: 507 57 70.
  • Sky Express, la première compagnie aérienne russe low-cost a vu le jour fin janvier 2007. Trois destinations sont actuellement desservies: Sotchi, Rostov-sur-le-Don et Mourmansk. Si vous reservez quelques mois à l'avance le billet aller-retour peut vous revenir à 1000 roubles (35 euros). Fin mars 2007, deux autres destinations: Kaliningrad et Ekaterinbourg viendront s'ajouter. http://www.skyexpress.ru/
  • Si vous n'avez pas le temps de cuisiner ou tout simplement si vous voulez épater vos invités www.cuisine31.ru est votre nouveau traiteur. Le site est en français, anglais et russe. Livraison à domicile. Prix intéressants.
  • Possibilité d'acheter des CDs et DVDs en français et en anglais pour la modique somme de 100 roubles (3,5 euros) au marché d'Ismaïlovo (Ismaïlovovskoïe chaussée - métro: Partizanskaïa, ligne bleue marine). Ce sont des produits piratés d'excellentes qualité!. Vous pouvez même trouver des DVDs qui ne sont pas encore sortis en France.
  • De nombreux supermarchés proposent leur carte de fidélité (payante en règle générale) qui donne droit à des réductions.
  • Pour tous vos soucis informatiques, électriques une seule solution "Garbouchka". Il s'agit d'un centre commercial sur 3 étages où vous pourrez notamment faire réparer tout ce qui vous semble irréparable. Adresse: 8, Barklaïa Oul. Métro: Bagrationovskaïa. Ouvert tous les jours.
  • Vous trouvez un programme très complet des spectacles à Moscou sur le site www.parter.ru le site est en russe et en anglais. Possibilité de réserver en ligne.
  • 106.6 FM, l'écouter c'est l'adopter. Idéal pour transformer une fin de dîner entre amis en dance floor!

to be continued...

vendredi 16 mars 2007

Le photomontage soviétique (1917-1953)


illustration: Auteur inconnu "Nous bâtissons et nous bâtirons le socialisme!". Couverture de la revue "Krestianka" (la paysanne), 1926. La Maison de la photographie de Moscou


Le photomontage pose la question de la tromperie artistique et photographique, il donne à la photo une puissance d'action sur le spéctateur, impossible à atteindre par la seule représentation graphique.
---
En Russie comme en Europe la technique du photomontage apparaît pendant la première guerre mondiale. Le monde demandait une nouvelle esthétique, un nouveau langage afin de rebâtir une vision cohérente du monde, de la vie humaine déprisée par ce massacre sanglant.
---

Le photomontage prend naissance à partir du cubisme, du futurisme et du dadaïsme qui, en s'alliant à la science de la cinématographie va constituer un langage remarquablement expressif.
---
Les pionniers du photomontage en Russie sont Alexandre Rodtchenko, El Lissitski, Gustave Klucis ainsi que la plupart des des artistes s'appuyant sur les principes de l'avant-garde russe du début du XXe siècle. Leur oeuvre reçoit une impulsion nouvelle lors des premières années qui ont suivi la révolution d'Octobre (1917), époque où lôn fait appel à la destruction des valeurs anciennes en reconstruisant un monde nouveau. Ils se tournent alors, tout naturellement vers la photographie, qui était déja un des médias principaux dans le monde entier. Pendant la guerre civile, Lénine proposa même de munir chauqe soldat d'un appareil photo et espère ainsi que les photos qu'ils auront faites pourront constituer une arme visuelle puissante capable de démontrer les changements survenus dans la réalité soviétique. Bien évidemment ce projet ne sera pas réalisé non seulement à cause des difficultés techniques qu'il présente mais aussi parce que la réalité existant dans le pays est fort éloignée des idéaux proclamés par le parti.
---

Le photomontage s'avère dès lors être un moyen prodigieux pour créer cette réalité. Il permet de lier le document photographique aux slogans révolutionnaires. La rapidité avec laquelle le photomontage se propage en Russie correspond à la vitesse du changement de la réalité russe. Le photomontage est très largement utilisé à travers tout ce qui s'imprime en 1920-1930, les journaux, revues, livres.
---

Le photomontage, cette nouvelle liberté artistique, est rapidement mis par ses créateurs au service de la machine idéologique. Très bientôt la réalité politique et sociale de la Russie soviétique forcent les artistes à mettre leur art au service de l'idéologie.
---

Il faut distinguer deux lignes dans le développement du photomontagee. La première prend sa source dans la publicité américaine. C'est ce qui s'appelle le photomontage formaliste et publicitaire, il est largement utilisé par les expressionistes occidentaux. La deuxième ligne est le développement indépendant de cet art sur le front soviétique... Il contient toujours un slogan politique, utilise la couleur et des éléments purement graphiques.
---

Au début des années 1930 la thématique et la structure plastique du photomontage soviétique change. Peu à peu les compositions à nombreux personnages, soldats, ouvriers etc...sont remplacés par des montages où seul un personnage domine: Staline (voir photo "Bonne année, camarades!" 1952 de Maria Kalachnikova). La figure de Staline-le-grand-chef évince les autres personnages en les transformant en une masse homogène.
---




La Seconde guerre mondiale rappelle à la vie le photomontage. Ce moyen figuratif principal en URSS sera utilisé brillamment par de nombreux artistes dont Rodtchenko. Leur travail est stimulé d'une part par la peur (Klucis a été envoyé et exécuté dans un goulag), et d'autre part par les commandes de l'Etat dont la réalisation est le seul moyen de vivre de son métier.


Pendant la Seconde guerre mondiale le photomontage devient le moyen principal de propagande à l'intérieur du pays et un des moyens les plus importants de démoralisation des troupes de l'ennemi.

---
L'année 1949 voit le début de la campagne anti-cosmopolite qui fit perdre leur droit de photographier à de nombreux photographes, c'est la fin de l'esthétique constructiviste. En 1950, le photomontage est mis à l'index et est strictement interdite. On ne la redécouvre qu'au début des années 1990.
---
référence: "Une arme visuelle, la photographie soviétique 1917-1953"
---

lundi 12 mars 2007

Shopping à Moscou

---
La profusion de magasins a grandement modifié la face de Moscou. Pendant la période soviétique, les rez-de-chaussée étaient le plus souvent inoccupés, lorsqu’ils ne servaient pas de débarras. Seules survivaient quelques boutiques d’alimentation ou de vêtements, dûment numérotées, souvent vides ou presque. On y trouvait des produits divers, en fonction des arrivages. D’où l’éternel sac en plastique pendu au bras de l’homo sovieticus.
---

Il est aujourd’hui remplacé par un élégant sac à main chez les femmes, et par un attaché-case chez les hommes, emblème du business. Le commerce individuel est en plein essor, stimulé par la reprise de la consommation au début des années 2000 et après les années noires qui ont suivi la chute de l’Union soviétique.
---
Les marques occidentales prestigieuses comme Gucci, Chanel, Armani, Escada, Dior, Louis Vuitton etc… ont envahi les boutiques de luxe, notamment le Goum, sur la Place Rouge et les ruelles du centre. Les prix sont dissuasifs pour la majorité des moscovites, tout comme ils le sont dans de nombreuses autres capitales. Mais les enseignes plus populaires comme l’espagnole Zara, la britannique Accessorize, l’italienne Benetton ou la française Promod prennent maintenant d’assaut les très nombreux centres commerciaux qui s’ouvrent dans les grandes villes, à l'image des mulls américains.
---
Les marques russes, qui se sont adaptées à la mode occidentale, soutiennent la compétition des prix, de la qualité, si ce n’est de la réputation. C’est l’économie de marché. A Moscou, les boutiques sont ouvertes le dimanche et ferment tard le soir en semaine. Il n’est pas rare de voir certaines boutiques ouvertes 24/24h.
---

mercredi 7 mars 2007

Motoneige en Carélie février 2007