mercredi 20 juin 2007

Les visites à Moscou - ce qu'il faut savoir

Moscou invite à l'exploration et à l'émerveillement mais plus qu'ailleurs il est important de savoir qu'il ne vous sera pas forcément possible de tout visiter à tout moment en vous présentant simplement aux caisses. Bien évidemment je mentionne des cas particuliers, mais afin d'éviter toute déception je préfère attirer votre attention sur quelques points. Beaucoup de lieux, aujourd'hui ouverts aux visiteurs peuvent être momentanément fermés ou tout simplement impossible à visiter sans être accompagné d'un guide.


Effectivement, tout comme il serait impossible de visiter en tout temps les bâtiments de l'Elysée à Paris, bons nombres de musées ou curiosités sont situés dans des hauts lieux de la vie politique, militaire ou culturelle du pays et donc gérés de façon plus stricte et tributaires de visites diplomatiques, fêtes nationales, défilés militaires etc... Il est donc sage, avant de vous lancer les yeux fermés dans la visite de quelques lieux de demander à des amis habitant Moscou de bien vouloir vérifier au préalable les jours ouvrables ou mieux encore de contacter un guide d'Etat (tous les expatriés en connaissent au moins un), qui saura ou se renseignera pour vous sur ce qui peut être visité et quand.


Les guides touristiques que vous trouvez en librairie mentionnent les jours ouvrables et les heures d’ouvertures mais bien évidemment ne peuvent vous être d’aucune aide s’il y a fermeture, fêtes nationales, déplacements diplomatiques etc...


Il faut savoir également que certaines visites ne peuvent vous êtres autorisées que si vous passer par une agence de voyage - qui possède en son nom un lot de tickets d'entrée - ou par le biais d'un guide qui a ses propres droits d'entrées par les agences ou les institutions. Je sais, tout cela peut paraître un peu compliqué mais comme je vous l'ai déjà mentionné plus haut une personne de votre connaissance habitant Moscou sera bien à même de vous ôter des épines du pied.


Pour vous donner une idée voici par exemple deux visites qui vous demanderont un effort supplémentaire:

"La cité des étoiles" il s'agit du centre d’entraînement des astronautes russes et du monde entier. De par sa vocation, le territoire est étroitement gardé, seuls les groupes y ont accès, on vous demandera certaines informations personnelles, Seuls les guides et les agences de voyage peuvent vous organiser cette visite.


"Le Palais des Terems" qui se trouve dans le Kremlin était anciennement les appartements des premiers Romanov. Seuls sont acceptés les groupes avec guide, on vous demandera également des informations personnelles lors de votre inscription par le biais d'une agence ou par le biais d'un guide.


Dans le cas où vous ne connaissez personne habitant Moscou et que vous n'avez les coordonnées d'aucun guide, je vous conseille d'aller aux caisses du Kremlin situées au pied de la tour Koutafia (à côté du Manège sur la Place du Manège). Il y a toujours quelques guides russes parlant français, allemand ou anglais qui pourront vous faire entrer au Kremlin et si vous le trouvez sympathique et intéressant vous pourrez le contacter pour des conseils ou pourquoi pas d'autres visites.


Pour revenir à des informations plus générales, sachez que les russes sont friands de culture et n'hésitent pas à visiter fréquemment musées et galeries en famille. Les files peuvent donc être longues et il vous faudra vous munir de patience que se soit durant les week end mais aussi en semaine (galerie Tretiakov, les musées du Kremlin, le mausolée de Lénine...).
Sachez également que certains musées (la minorité) pratiquent des tarifs un peu plus élevés pour les étrangers. D'une façon générale les tarifs ne sont pas très élevés hormis peut être Le palais des Armures et la Chambre des diamants se situant dans le Kremlin.

vendredi 15 juin 2007

les boutiques de décoration

Sachant qu'il est très difficile pour les expatriés de trouver de jolies petites boutiques de décoration "à la française" à Moscou, j'ai décidé de vous simplifier un peu la tâche. Qui croyait donc qu'il n'y en avait pas! il suffit de les trouver et je pense que la tendance ne va que se confirmer les prochaines années.

  • "Fenêtre sur Paris"


Boutique de décoration sur deux étages avec un choix importants de meubles divers en bois ou fer forgé et accessoires de décorations: bougeoirs, photophores, lampes, cadres, plats, tableaux... Les listes de mariage peuvent y être déposées. Ils se qualifient eux-mêmes comme étant la plus belle boutique française à Moscou!

email: boutique@azipi.ru

Adresse: Mal. Bronnaïa 24/1. Métro (Mayakovskaïa ou Tverskaïa). Tél: (495) 650 02 01

Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 20h et le samedi de 11h à 20h

  • "Cadeaux et décoration" (le nom de la boutique est en russe)

    Vous y trouverez notamment de nombreuses idées de cadeaux divers en boutique et je crois savoir qu'ils ont un catalogue pour les objets plus imposants tels que canapés, lits etc (site internet).

www.skalnik.ru (site en russe uniquement)

Adresse: Mal. Bronnaïa 28/2 bât.1. Métro (Mayakovskaïa ou Tverskaïa). Tél: (495) 203 04 17. Ouvert tous les jours de la semaine même le dimanche.

  • "Detali"

Vous y trouverez des objets plus imposants comme des tables, étagères, chaises, fauteuils mais il n'y a pas de tissus. Il y a également de grands bougeoir en pierre, métal. Les matériaux utilisés sont plus bruts ou naturels.

Adresse: Mal. Bronnaïa 27/14. Métro (Mayakovskaïa ou Tverskaïa). Tél: (495) 203 68 03. Ouvert tous les jours même le dimanche de 11h à 21h30 non stop.

  • FLAMANT

Présente à Moscou depuis 2008, la boutique présente un large choix de meubles et divers éléments de décoration d'intérieur. Le style est le même que dans toutes les autres boutiques au monde.

Adresse: Goum, Vetoshnii per., 17. Tél: 620-33-43 http://www.flamantmoscow.ru/ (uniquement en russe) ou http://www.flamant.com/


to be continued...

Les dangers ne sont pas toujours ceux qu'on croyait

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, Moscou est une capitale sûre en ce qui concerne les crimes et délits de rue envers les étrangers, en tout cas pour ceux venus de l'ouest. Pourquoi volerait-on un étranger, alors qu'il y a tant de riches russes à plumer, et qu'eux, contrairement à nous, n'hésitent pas à se déplacer avec beaucoup de cash. Pour l'anecdote, il y a peu de temps une femme russe s'est vu dérober dans sa voiture son sac à main qui contenait plus de $100,000 en petites coupures.



Je me souviens avoir lu - comme toute bonnes touristes ou future expatriée qui se respectent - différents guides sur la capitale avant de déménager en Russie. Et bien tous sans exceptions mettaient le touriste en garde contre les crimes, les attaques etc. À les écouter il ne faudrait pas sortir de chez soi, seule et en plein jour. La réalité est toute autre et hormis les consignes de sécurités minimales indispensables lorsqu'on est dans une grande ville, il n'y a pas de quoi s'alarmer, loin de là. Depuis un an que je vis à Moscou je ne me suis jamais sentie en danger, que se soit dans la rue ou dans le métro. Bien évidemment, Moscou n'est pas à l'abri des attentats, mais qu'elle capitale du monde l'est, à part peut-être Zurich?



D'après moi le seul réel danger à Moscou vient des voitures. Que vous soyez conducteur, passager ou piéton, le risque d'être mal en point un jour ou l'autre est beaucoup plus élevé qu'en Occident. En tant qu'étranger il ne vous faut que quelques jours avant de comprendre que les moscovites au volant sont des dangers publics.



Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d'abord les rues de Moscou sont engorgées de voitures du matin au soir. Moscou implose littéralement sous le nombre croissant de voitures, les bouchons sont très fréquents et par conséquent les impatients sont nombreux. Je me souviens avoir pris un taxi pour aller à l'aéroport et celui-ci n'a pas hésité à dépasser toute une file en roulant sur le trottoir. C'est le principe du chacun pour soi, Dieu pour tous. Je qualifierais ces infractions du code de la route à des infractions que l'on pourrait également voir dans le sud de l'Italie.



Vient ensuite le problème de l'obtention du permis de conduire. Beaucoup de russes l'achètent aujourd'hui encore pour $500 et il n'y a donc aucun examen, quel qu'il soit, pour attester de votre bon équilibre mental et de votre bonne connaissance du code de la route. Le passage du monde pédestre au monde motorisé se fait en une après-midi.



Vient ensuite le délicat problème du boom économique que vit actuellement la Russie, le parc automobile moscovite est très hétéroclite: Porsche, BMW et autres gros gabarits fort puissants se partagent la route avec des Lada vétustes venues de la nuit des temps qui ne roulent que par la grâce du Saint Esprit. Certaines ont 30-40 ans et à chaque ennui technique on utilise le système D. Il va donc de soi que Moscou est loin d'avoir des routes très sûres.



Je me souviens avoir pris un jour un taxi sauvage (très utilisé à Moscou lorsqu'on est pressé ou que les transports publics ne fonctionnent plus), le principe en soi à toute les qualités, il s'agit d'une méthode à mi-chemin entre le co-voiturage et l'auto-stop. Je n'ai, il est vrai, pas fait la difficile, en l'occurrence j'étais très pressée. C'était le 9 mai dernier, jour de commémoration de la fin de la seconde guerre mondiale. J 'ai sauté dans la première voiture qui se présentait, une Lada je crois. Dans le cas du taxi sauvage vous vous installerez à la place d'honneur en Russie qui est celle du passager avant. À ce moment là, je ne savais pas encore que j'allais dévaler les rues à toute allure dans un pot de yaourt motorisé qui n'avait aucun rétroviseur hormis le rétro intérieur. Je priais pour que les freins ne lâchent pas. Ces jours là on se sent très vulnérable et très loin des contrôles techniques helvétiques! En de tout cela et pour prendre un air un peu décontracté j'ai eu la très mauvaise idée de brancher mon conducteur patriotique sur les commémorations du 9 mai. Enthousiaste, il s'est lancé dans un discours qui n'en finissait plus, je n'en comprenais pas la moitié mais à le voir s'agiter les bras en l'air (et non sur le volant), j'ai bien compris ce jour-là que j'avais manqué une occasion de me taire. Après deux arrêts en cours de route afin de jeter un dernier coup d'œil sur le plan de la ville (parce qu'il ne savait plus où il en était), je suis finalement arrivée à bon port et saine et sauve. La prochaine fois au moins je choisirai une voiture plus sûre et plus confortable!



Quand vous arrivez pour la première fois à Moscou, vous vous familiarisez d'abord avec le métro, qui est en soi un véritable musée. Bien qu'il faille maîtrisez un minimum l'alphabet cyrillique pour vous repérez, il reste néanmoins le transport le plus rapide à Moscou, qui est pour le rappeler une ville très étendue dont la superficie équivaut à celle du département d'île de France. De plus vous n'avez pas à vous souciez des parkings et des endroits où vous pouvez tourner à gauche. Et bien même dans ce cas vous n'êtes pas à l'abri! il y a environ une année une voiture est sortie de la route et s'est retrouvée les quatre roues en l'air dans une entrée de métro!




Même si vous optez pour la vie trépidante (il y a beaucoup de centres commerciaux, petites échoppes...) dans les sous sols moscovites, il vous faudra - à moins de passer votre vie dans les profondeurs terrestres tel un rat - vous décidez à mettre le nez dehors et enfin découvrir la vie fascinante du citadin-marcheur. Dans ce cas la marche à suivre est la suivante: Ne jamais traverser les grandes avenues (il y a d'ailleurs des passages souterrains prévus à cet effet) à pied ou en courant à moins d'en avoir assez avec la vie. Traversez sur les passages pour piétons (d'ailleurs c'est un bon repère, si vous n'en voyez pas cherchez plutôt le panneau qui indique le passage souterrain). Regardez plusieurs fois à gauche et à droite lorsque le feu est vert et continuez de même tout en traversant. Effectivement le passage piéton n'est pas un gage de sécurité, non seulement le piéton n'est pas prioritaire mais en plus les automobilistes ne se soucient guère des bipèdes.



Il est très intéressant d'étudier le comportement des automobilistes si vous vous placez à un carrefour (bien garder une marge de sécurité si vous souhaitez être spectateur). Il y a un nombre raisonnable de conducteurs qui ignorent totalement les feux rouges et les 5 à 10 secondes qui s'ensuivent. Pour beaucoup d'automobilistes le jaune signifie accélérer et les 5 secondes suivant le passage au feu rouge est une sorte de période de grâce.

jeudi 7 juin 2007

L'histoire du célèbre Bolchoï

---
L'histoire du Bolchoï se confond avec l'histoire de la Russie. Plus qu'aucun autre opéra au monde, le Bolchoï fut le miroir de la société russe: toutes les batailles, les victoires, les conflits, y ont trouvé leur traduction. Fondé par Catherine II de Russie, le Bolchoï a toujours eu pour mission de montrer la grandeur du pays au reste du monde. Détruit deux fois par des incendies, en 1805 et 1853, le théâtre renaît à chaque fois de ses cendres. Les plus grands compositeurs, danseurs, chorégraphes et chanteurs russes ont travaillé pour lui. Au-delà de cet aspect artistique, le Bolchoï a servi de tribune politique. Dès la révolution de 1917, les ténors bolcheviks y ont tenu des congrès.
---
Le Théâtre Bolchoï (Grand Théâtre en russe), foyer d'une des plus anciennes et plus célèbres troupes de ballet du monde, est également l'un des monuments les plus prestigieux de Moscou. Situé non loin du Kremlin, des pièces de théâtre, des opéras et des ballets y sont représentés. Le premier théâtre, inauguré en 1780, présentait des mascarades, comédies et opéras comiques. Détruit par un incendie en 1805, il fut remplacé en 1825 par un nouveau théâtre conçu par l'architecte Joseph Beauvais, qui avait également bâti le théâtre Maly un an avant. Il a été surnommé « Bolchoï » (grand théâtre) pour le distinguer du Maly (petit théâtre).
---
Ce nouveau théâtre fut inauguré le 18 janvier 1825. Il présentait d'abord uniquement des spectacles russes, mais à partir de 1840 de nombreux compositeurs étrangers contribuèrent à étendre son répertoire.
---

Dès ses débuts le théâtre du Bolchoï accueille à domicile sa compagnie de ballet crée en 1776 par Peter Ouroussov et Mikhail Medoks.
Le Bolchoï fut le siège de bien des premières historiques, dont en 1877 le célèbre ballet Le lac des Cygnes de Tchaïkovski ou encore des compositions de Rachmaninov.
---

Le Théâtre Mariinsky, anciennement appelé Le Kirov et situé à Saint Petersbourg, est l'éternel rival du Théâtre Bolchoï.
---
Après la révolution de 1917, on assiste à une fusion entre les styles des écoles de Moscou et de Saint Petersbourg. Dans les années 20, les productions sont influencées par le gouvernement et de nouveaux spéctacles conformes aux idéaux révolutionnaires sont crées. En 1941, pendant la Seconde guerre mondiale, la troupe du théâtre quitte Moscou et déménage dans la ville de Kouibichev, le théatre reste vide. Le 28 octobre 1941, un bombardier fasciste jette une bombe sur le théâtre qui traverse le mur de la façade et explose dans les vestibules. En 1943 le théâtre ouvre à nouveau ses portes.
---
La troupe est à son apogée dans les années 1950-60. En 1956, la troupe effectue sa première grande tournée en Occident, à Londres! Elle connait un très vif succès. C'est aussi à cette époque que certains décident d'émigrer à l'Ouest, pour fuir une direction intraitable et le manque de liberté artistique.
---
En 1960, le bâtiment du théatre subit quelques modifications, notamment la création d'une salle de répétitions sous le toit qui contient un amphithéâtre et la place pour un orchestre.
---
En 1975, à la veille du jubilé des 200 ans d'existence, le théâtre s'offre une belle rénovation. À titre d'information, juste pour dorer les barrières des loges, les restaurateurs utilisèrent 60,000 feuilles d'or. Le grand lustre de 6m brilla de nouveau de ses 280 ampoules.
---
Malgré quelques rénovations, la vétusté des installations et la complexité exigée par les nouveaux décors demandèrent une énorme rénovation de tout le théâtre qui commenca en 2004. Les travaux titanesques doivent s'achever en 2008 mais selon les dernières nouvelles il ne devrait pas ouvrir ses portes avant 2009.
---
Aperçu des modifications: rénovation de la gestion et de l'équipement des ateliers, installation de nouveaux moyens techniques afin de réaliser des mises en scène compliquées, élargissement des salles de répétition, rénovation de tout le système électrique (la dernière date de 1935), rénovation des structures métalliques (la dernière date de 1870)... Le coût total avoisinerait les 300 millions d'euros.
---
Durant les travaux de rénovation la troupe se produit dans un théâtre plus petit (1000 places) sur la gauche du Bolshoï appelé: La Nouvelle Scène.

dimanche 3 juin 2007