lundi 30 juillet 2007

Le kremlin de Moscou






































jeudi 26 juillet 2007

De grand duc à tsar, il n'y a qu'un homme

"[...] Une autre idée lui tient à coeur: avant de se marier, il veut être couronné tsar. Il le proclame à haute et intelligible voix. Les boyards échangent des regards étonnés: grand duc ou tsar, quelle est la différence? Pour Ivan, elle existe et il y a longuement pensé. Ce titre de tsar, les livres saints en langue slavonne le donnent aux rois de Judée, de Babylone, d'Assyrie et même aux empereurs romains. Sous leur plume, apparaîssent le "tsar David", le "tsar Assuérus", le "tsar Jules César", le "tsar Auguste". Le mot "tsar" se pare donc, pour Ivan, du prestige de la Bible, de l'Empire romain, de byzance. Celui qui le porte est l'héritier de la Rome antique et de la nouvelle Rome byzantine. Il est le chef de la Troisième Rome, dont la puissance doit dépasser les deux autres. Grâce à lui et à ses successeurs, Moscou supplantera Constantinople, la Moscovie sera "le sixième Empire" [...] Ainsi, la tradition souveraine russe serait ininterrompue depuis le début de l'ère chrétienne. Cette ancienneté assurerait au nouveau tsar une primauté incontestable sur les autres rois et princes d'Europe. Il est déjà, de par sa naissance, le plus grand parmi les grands. Tout, dans le monde de demain, sera un jour, selon la volonté de Dieu, soumis à la loi de Moscou. Et ce vaste mouvement d'hégémonie slave, ce sera lui, le tsar Ivan IV , qui l'aura déclenché. Cela, il ne le dit pas: son auditoire serait incapable de le comprendre. [...]".
Henri Troyat, extrait d' "Ivan le Terrible"

mardi 24 juillet 2007

La maison-musée Tolstoï (Moscou)



La maison de Léon Tolstoï à Moscou, transformée depuis de nombreuses années en musée, fut construite en 1808. Elle est confortable et simple. Il y vécut en famille de 1882 à 1901. La maison se trouvait dans un quartier populaire (le quartier des Tisserands), presque misérable qui avait attiré Tolstoï à l'époque. Les années passant, les quartiers se sont développés bien au-delà et la maison est aujourd'hui entourée d'autres maisons et immeubles.




La façade est en vieux bois durci, peinte en marron et en orange avec des corniches vert foncé. Son architecture est assez simple et sobre mais j’ai été très surprise par la taille et l’agencement des pièces qui la rendent finalement incroyablement grande. J'imagine aisément qu'avec le nombre d'enfants qu'avait le couple, il devait y régner un grand désordre sagement organisé par le personnel de maison. L'entrée est ornée de deux poêles muraux, meubles indispensables, encastrés dans les murs. Chaque pièce possède donc au moins le sien. Au rez-de-chaussée, les pièces se suivent en enfilade. Dans la salle à manger, le couvert est mis, vaisselle blanche et bleue. Aux deux bouts étroits de la table, la mère et le fils aîné prenaient place. Tolstoï, souvent en retard ou absent pour le déjeuner prenait place à la droite de sa femme. Accroché au mur, un tableau, peint par sa fille Tatiana, nous permet de découvrir Maria, la fille aînée de Tolstoï.




La salle à manger débouche sur la chambre des parents. La pièce est meublée de deux lits séparés par un paravent, d'une table avec fauteuils. Depuis cette chambre on accédait directement à la terrasse qui elle débouchait sur le jardin. La chambre des Tolstoï communique avec la nurserie où traînent un cheval de bois à bascule, des patins à roulette, quelques jouets et deux petits lits en fer blanc. La salle d'étude servait de chambre à la gouvernante. Dans la lingerie, ouverte sur un couloir, couchait la cuisinière. Après la chambre des garçons, la chambre rouge de Tatiana, la fille aînée. Celle-ci, bien ordonnée fait apparaître les autres chambres plus austères. Le couloir revient dans l'entrée où, la nuit, un gardien dormait pour ouvrir aux éventuels visiteurs.






Face à la porte d'entrée, un grand escalier où les enfants se laissaient glisser sur la rampe. Celui-ci, majestueux donnait vers le palier sur lequel s'ouvre le grand salon. Cette pièce devait servir de parloir, de salle de réception et de théatre. Par terre trâine la peau d'un ours tué par un paysan mais qui avait failli coûter la vie à Tolstoï. Après ce grand salon, ouvert à tous, nous entrons dans l'intimité de Sophia, son épouse. Il s'agit d'un boudoir intime, richement décoré, seule pièce aux allures aristocratiques. Puis la chambre de Maria, décédée à l'âge de 35 ans, après des études de médecine partagées avec le secrétariat de son père. En longeant le couloir, nous arrivons dans une petite pièce où dormaient la femme de chambre et le valet qui ont partagé 30 ans de leur vie au service de la famille. Plus loin, de l'autre côté de la maison, l'atelier, destiné aux travaux manuel de l'écrivain (Tolstoï y confectionna des chaussures...), le mythique bureau où Tolstoï y écrira durant 19 ans.




Il écrivit dans cette maison de Moscou une douzaine d'oeuvres, à cette époque il a 54 ans et il est déjà universellement connu. Sa philosophie de vie s'est modifiée et il aspire à une grande simplicité.





Je ne peux que vous conseillez de visiter cette charmante maison. De nombreux objets de la vie quotidienne, du mobilier, des portraits et des vêtements d'époque ayant appartenu à la famille y sont exposés. L'utilisation de chaque pièce ainsi qu'un descriptif détaillé sont affichés devant chaque pièce de la maison afin d'aider les visiteurs à se plonger dans la sphère et privée et le quotidien de la vie de Tolstoï.


Si vous y allez en été, profitez-en également pour vous promener dans le jardin qui donne à l'arrière de la maison. Celui-ci n'est plus très grand car de nombreuses maisons ont été construites autour mais son charme et son calme sont perceptibles.


Adresse: Ul. Lva Tolstogo 21 (en face du Vodka bar). Métro Park Kultury (ligne brune). Le prix d'entrée est de 200 roubles pour les touristes, 60 roubles pour les russes et résidents à Moscou. 150 roubles vous seront demandé si vous souhaitez prendre des photos. Ouvert en hiver: tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 16h; en été: tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 18h. Le musée est fermé le dernier vendredi de chaque mois. Attention les caisses peuvent fermer 1 heure avant la fermeture du musée. Tél: 246-9444

jeudi 19 juillet 2007

Le parc de Kolomenskoïe - Moscou