jeudi 26 juillet 2007

De grand duc à tsar, il n'y a qu'un homme

"[...] Une autre idée lui tient à coeur: avant de se marier, il veut être couronné tsar. Il le proclame à haute et intelligible voix. Les boyards échangent des regards étonnés: grand duc ou tsar, quelle est la différence? Pour Ivan, elle existe et il y a longuement pensé. Ce titre de tsar, les livres saints en langue slavonne le donnent aux rois de Judée, de Babylone, d'Assyrie et même aux empereurs romains. Sous leur plume, apparaîssent le "tsar David", le "tsar Assuérus", le "tsar Jules César", le "tsar Auguste". Le mot "tsar" se pare donc, pour Ivan, du prestige de la Bible, de l'Empire romain, de byzance. Celui qui le porte est l'héritier de la Rome antique et de la nouvelle Rome byzantine. Il est le chef de la Troisième Rome, dont la puissance doit dépasser les deux autres. Grâce à lui et à ses successeurs, Moscou supplantera Constantinople, la Moscovie sera "le sixième Empire" [...] Ainsi, la tradition souveraine russe serait ininterrompue depuis le début de l'ère chrétienne. Cette ancienneté assurerait au nouveau tsar une primauté incontestable sur les autres rois et princes d'Europe. Il est déjà, de par sa naissance, le plus grand parmi les grands. Tout, dans le monde de demain, sera un jour, selon la volonté de Dieu, soumis à la loi de Moscou. Et ce vaste mouvement d'hégémonie slave, ce sera lui, le tsar Ivan IV , qui l'aura déclenché. Cela, il ne le dit pas: son auditoire serait incapable de le comprendre. [...]".
Henri Troyat, extrait d' "Ivan le Terrible"

Aucun commentaire: