dimanche 26 août 2007

Kiev, capitale de l'Ukraine



Arrivée à la gare de Kiev sous un soleil de plomb, après un voyage de nuit de 11 heures depuis Moscou (heureusement il y a la climatisation dans les petits wagons-couchettes). Le train ne s'arrête que deux fois, une fois à la douane russe et une fois en territoire ukrainien pour le contrôle des papiers, une éventuelle fouille des bagages qui est aléatoire et se fait à la tête du client. Ne soyez pas surpris si vous voyez des hommes armés en treillis accompagnés de petits chiens genre cockers qui se faufilent partout, il s'agit de la brigade anti-drogue! et on ne plaisante pas!



Wagons couchettes à deux, trois, quatre voir 40 lits pour les plus téméraires! Dans les wagons luxes, oreillers, draps et journaux sont à votre disposition.



Évidemment beaucoup moins impressionnant que le métro de Moscou, le métro de Kiev est tout aussi profond, propre et il se compose de 3 lignes. Dans chaque wagon, des écrans de télévision passent les actualités et annoncent les arrêts.


Expérience inoubliable dans notre appartement "à la russe", loué pour l'occasion à notre arrivée en gare de Kiev. Prix imbattable de $50 pour deux personnes pour un 3 pièces, à deux arrêts de métro du centre ville. Pratiquement pas rénové depuis des lustres, nous avions tout de même tout le confort moderne. Sur la photo notre charmante chambrette qui ne nous a pas quittée durant 4 jours. Remarquez le subtil mélange de couleurs qui en ferait pâlir plus d'un!



Notre cuisine toute équipée du strict minimum.



Tramway de Kiev. Au hasard des rues nous avons pris un tramway sans savoir où nous allions. Pour la petite histoire celui-ci est tombé en panne après quelques arrêts! Les voyageurs n'avaient pas l'air surpris et nous sommes tous descendus pour attendre le suivant.





Les babouchkas qui survivent en vendant - pour les plus chanceuses - des fleurs, fruits et légumes qu'elles peuvent cultiver dans leur datcha, pour celles qui ont encore la chance d'avoir un petit lopin de terre.







Contraste dans la nouvelle ère post-soviétique!


Moscou regorgent de Bentley, qui sont considérées pour les nouveaux russes comme le must. Kiev ne déroge pas à la règle même si les contrastes entre richesse et pauvreté sont plus frappants à Moscou.







La pente Saint André, charmante ruelle débouchant sur le quartier de Podil près du Dniepr. Tout au long de la ruelle s'agglutinent des dizaines de stands où vous trouverez, comme sur tous les marchés de Russie: matriochkas, vieux uniformes soviétiques, tissus et objets de toutes sortes qui n'ont parfois aucun lien avec l'Ukraine. Ce petit quartier fait un peu penser à Montmartre, avec ses artistes, cafés et boutiques de souvenirs.



L'église Saint-André date du XVIII siècle et fut érigée sur l'ordre d'Elisabeth, fille de Pierre le Grand, après sa visite à Kiev en 1744.
De style baroque, son architecture fut pensée par Rastrelli, celui-là même qui édifia de nombreux bâtiments et palais à Saint-Petersbourg. Elle se compose d'un dôme unique, entouré de cinq coupoles inférieures. Elle orne le sommet d'une colline et surplombe le quartier de Podil. L'église fait aujourd'hui office d'église-musée.



La place de L'Europe avec le drapeau ukrainien sur la gauche.



la Cathédrale Saint-Michel, du nom du protecteur de Kiev, a été achevée dans sa reconstruction fin 1999, sur le modèle du bâtiment des XIIème et XIIIème siècles détruit en 1934. Les anciennes fresques et mosaïques, conservées notamment au Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, ont été en partie restituées. Sur la place Saint-Michel, un ensemble architectural représente Sainte-Olga, première grande-duchesse baptisée de la Rous kiévienne, les moines Cyril et Méthode, inventeurs de l'alphabet cyrillique, et Saint-André qui avait prédit le futur développement de Kiev.



Le restaurant "le bouquiniste" dans le quartier des ambassades.




Jolie perspective dans le quartier de Podil, non loin du funiculaire qui relie Podil à la partie haute de Kiev. Très jolies façades colorées et rénovées dans un quartier où les maisons ne sont pas très hautes.



En se promenant dans les contrebas du jardin botanique, le long du Dniepr.



Bel exemple du réalisme soviétique dans le musée de la Grande guerre patriotique (seconde Guerre Mondiale), situé au pied du monument à la défense de la mère patrie, surnommée la "Demoiselle d'acier".


La "Demoiselle d'acier", le sévère et non moins impressionnant monument à la défense de la mère patrie.



À l'intérieur du monastère de Petchersk (la Laure). Il faut compter une journée pour visiter l'ensemble ainsi que les catacombes (claustrophobes s'abstenir). La visites des catacombes est gratuites, il faut juste acheter une bougie à l'entrée. Vous circulerez en fil indienne dans un dédale souterrain, parmi les reliques de plus de 300 saints. Les caves sont pour la plupart d'anciennes cavernes creusées par la population préhistorique des bords du Dniepr dans les gisements de grès et utilisées plus tard par les moines du XI et du XII siècles.



Marchands de miel à l'intérieur du monastère de Petchersk (la Laure). Non loin d'une des entrées menant aux catacombes.



Gros plan de la serviette du restaurant "URSS", comprendre en russe "CCCP".



L'entrée du restaurant "URSS" où nous nous sommes arrêtés pour une longue pause déjeuner autour de "zakouskis" de toutes sortes. Le restaurant vaut le détour, plats traditionnels ukrainiens dont le fameux "salo" (tranches de lard sur du pain de seigle accompagné d'ail), diverses photos des membres du parti, des pionniers et des personnages qui ont fait la renommée de la période soviétique.



Fresques de l'église de la Trinité dans le monastère de Petchersk (la Laure).



L'Université d'Etat Tarass Tchevtchenko fondée en 1834. Superbe couleur rouge qui la rend unique en son genre.



Le monastère de Petchersk (la Laure) date du XIème siècle. Il est le plus ancien monastère de Russie, célèbre pour ses catacombes ou cryptes. A l'origine simple ermitage, il est devenu l'un des grands centres spirituels et intellectuels du monde orthodoxe, célèbre pour ses pèlerinages jusqu'en 1917. Il comprend un vaste ensemble d'églises dont certaines, souterraines, abritent les momies de moines vénérés, et de bâtiments monastiques. Pièce maîtresse de cet ensemble, la Cathédrale de l'Assomption dont la restauration a été achevée début 2001, les travaux intérieurs se poursuivant afin de restituer des fresques de grande valeur.


L'entrée principale de la Laure est la Porte ouest, surmontée par l'Eglise de la Trinité (1108), dont les façades est et ouest sont décorées de fresques et d'une riche ornementation baroque. Le monastère abrite aujourd'hui de nombreux musées, notamment celui des "Trésors historiques d'Ukraine" (or des Scythes, art sacré) et le musée des Arts et Traditions populaires.



Bulbes en réparation ou hors d'usage...



Promenade à l'intérieur de la Laure, en continuant tout droit vous arrivez à l'église de la Trinité. Ce jour-là il faisait 38 degrés!




Citerne de Kvas avec la mention "kvas ukrainien" parce qu'on se trouve évidemment en Ukraine. Vous en trouvez des similaires dans toute la Russie.
Le Kvas est fabriqué en faisant fermenter du pain de seigle dans de l’eau ; il est distribué dans la rue, sous cette forme mais également dans les commerces en bouteilles. C’est une boisson proche de la bière mais très légèrement alcoolisée.



En été, la pastèque produite dans le sud de la Russie se vend par camion entier dans les rues.


Vue sur l'église Saint-Michel depuis le clocher de la cathédrale Sainte-Sophie.



Vue depuis le clocher de la cathédrale Sainte-Sophie. Belle place bordée de très beaux bâtiments entièrement refaits. C'est sur cette place, qu'en 1648, que les régiments de cosaques seront accueillis par la population en liesse après leur victoire sur les polonais.



La cathédrale Sainte-Sophie, aux splendides dômes dorés et verts, trône majestueuse, sur la grande place. Edifiée en 1031 par Yaroslav pour fêter sa victoire contre les Petchénègues. Conçue pour rivaliser avec l'église Sainte-Sophie de Constantinople, la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev symbolise la « nouvelle Constantinople ».



Petit lexique ukrainien. L'Encyclopaedia Britannica de 1911 définissait l'ukrainien comme un dialecte "petit russe" de la langue russe. En russe, ce mot qui veut dire "souterrain" s'écrit avec un "O" à la place du "I".



L'Arche de l'arc-en-ciel de Kiev, appelé aussi l'Arche de l'Amitié se situe le long du Dniepr. C'est une arche énorme, en forme d'arc-en-ciel, faite en acier. Elle a été érigée en 1954 pour célébrer le 33 ème anniversaire du traité de Pereïaslav (1654) qui symbolise l'amitié entre le peuple ukrainien et le peuple russe.



Les mariages à la mode d'aujourd'hui. Location de limousines etc, ultra kitch un peu à l'américaine.



Très belle façade dans un quartier résidentiel de Kiev.



La place de l'Indépendance a été réaménagée pour les célébrations du 10 ème anniversaire de l'indépendance. La place, au-dessous de laquelle s'étendent des kilomètres de galeries marchandes, accueille un ensemble un peu décousu de monuments que domine l'immense "Gloire à l'Ukraine". Le secteur est très vivant à toute heure.



Le fameux monument érigé à la gloire de l'Ukraine.



1 commentaire:

Andrey a dit…

Si vous ou vos amis venez à Kiev encore une fois, je conseille d'avance de réserver la chambre d'hôtel de Kiev en ligne.