lundi 19 novembre 2007

Noël en Russie... pas si différent!


À vos calendriers!


Jusqu'en 1923, la Russie a conservé l'usage du calendrier Julien créé en 45 avant J.-C par Jules César et réformé en 1582 par le pape Grégoire XIII sous le nom de Calendrier Grégorien.

---

Lors de la réforme grégorienne, le calendrier Julien se trouva en retard de 10 jours sur le nouveau calendrier. Ainsi, le 5 octobre 1582 devint le 15 octobre 1582. Lors de la Révolution soviétique, en 1917, le calendrier Julien était en retard de 13 jours par rapport au grégorien. Le 1er janvier 1917 Julien correspondait à 1+13 soit le 14 janvier Grégorien.

---

L'alignement par décret du calendrier russe sur le calendrier occidental a été de la part du gouvernement soviétique une décision politique pratique. La conservation du calendrier Julien par l'Eglise Orthodoxe avait été, de la part de celle-ci en 1582, une prise de position contestataire vis-à-vis du "modernisme" de la papauté romaine. Ce même conservatisme anime toujours l'Eglise russe. Pour les orthodoxes, Noël se fête le 7 janvier, le jour de l'an le 14 etc...

---

Depuis la chute de l'URSS , le 7 janvier est un jour férié, ce qui facilite grandement le regroupement familial. Il n'est pas rare que des moscovites parcourent plusieurs milliers de kilomètres pour se retrouver en famille au fin fond de la Sibérie!

---

Les années de dictature communiste ont contribué à la disparition partielle des coutumes religieuses car la libertée de croyance n'existait plus. Actuellement, des russes renouent avec la tradition. Voici donc quelques rites de Noël.


Les principales coutumes de Noël en Russie


La fête de noël russe est précédée d'un carême qui commence le 28 novembre et se termine le jour de Noël. Le premier dimanche de ce carême, les russes mangent du poisson: c'est le début de quarante jours maigres. La veille de Noël est appelée "sotchevnik". Ce nom provient du mot "sotchiva" qui est un met rituel que les russes mangeaient ce jour-là. Le jour J, la famille se rassemble autour d'un repas souvent concocté par la maîtresse de maison ou par la babouchka, la grand-mère russe.

---

Le soir du 6 janvier, les russes pratiquants vont à l'office religieux, puis s'attablent pour le réveillon. Dans l'église, enfants et adultes chantent en coeur à la gloire de Jésus-Christ. Les enfants portaient une étoile accrochée à une perche et frappaient aux portes. Ne pas recevoir les petits chanteurs était considéré comme un péché. En retour, les gens leur donnaient de l'argent, du pain d'épices, des petits gâteaux. Les chansons appelées "Koliada" viennent de la religion païenne. À l'époque elles symbolisaient le culte des forces de la nature.

---

La solidarité, en ce jour plus qu'à un autre, prend tout son sens pour les russes. Durant la veillée de Noël on apporte un peu de chaleur aux plus démunis en leur offrant le gîte et le couvert. Au retour de l'office religieux, les russes s'attablent pour le réveillon. Il était interdit de manger avant l'apparition de la première étoile, en hommage à celle de Bethléem qui avait annoncé la nativité aux rois mages. À la première étoile, on se met à table et partage des petites galettes de pain azyme en échangeant des souhaits de bonheur et de joie.

---

Le repas de Noël

Il fallait servir 12 plats - exigence que la réalité économique avait modifiée - On servait de la Koutia (obligatoire car les autres sont au choix), des plats à base de poisson, des blinis, des pieds de boeuf en gelée, le porcelet farci, du saucisson, du boeuf braisé, des piroguis, des pains d'épices, des biscuits au miel et au pavot, des ouzvars, les boissons diverses...

---

Aujourd'hui, la table est souvent composée de nombreux zakouskis (hors d'oeuvre) dont la présentation est très soignée. Le choix des zakouskis sera différent d'une famille à une autre. Les familles aisées préféreront les zakouskis raffinés tels que caviar noir (caviar) ou caviar rouge (oeufs de saumon).

---

À la fin du repas les russes laissent sur la table une assiette de "polach" (pain tressé) entre deux chandelles allumées en mémoire des défunts de la famille.

---


Le décor de la table est lui aussi très important: égayée de bougies et de nappes chatoyantes, la table illumine toute la maison. Le Koutia et l'Uzvar sont les deux desserts traditionnels: le premier est une sorte de gâteau, d'origine ukrainienne, préparé avec du gruau de sarrasin concassé, du miel et de la girofle. Le second est une compote de fruits secs.
---
Autour de la table

Le pays ne manquant pas de bois, les beaux sapins apparaissent dans les foyers, les écoles et sur la ou les places centrales de chaque ville (à Moscou il y a un sapin sur chaque place ou lieu important). Mais, contrairement à la tradition occidentale, il n'y a ni crèche ni décoration spéciale. Des spectacles sont organisés autour des sapins où le Père Gel distribue des cadeaux. Traditionnellement ce sont des paquets remplis de bonbons, chocolats et petits jouets.
---
Père Noël?
Le Père Noël existe aussi en Russie mais son nom est différent, il s'appelle le Père Gel (Ded Moroz). Il est accompagné de sa petite fille Snegorouchka qui veut dire la petite fille des neiges. Ils sont les deux personnages indissociables du Noël russe.
---
Le Père Gel est habillé d'un long manteau rouge orné de fourrure blanche. C'est un homme plutôt âgé avec une barbe blanche. Il voyage en troïka tiré par des chevaux et non des rennes. Sa petite fille est habillée d'une robe bleue ou blanche décorée de paillettes, elle porte sur la tête un magnifique diadème orné de pierres.
---
La dénomination de Père Gel provient du fait qu'en Russie, au début du mois de janvier, une grande vague de froid traverse tout le pays.
---
À l'époque de Noël les enfants sont en vacances et participent à différents spectacles, toujours en présence du Père Gel, de Snegorouchka et des personnages populaires des contes russes parmi lesquels la méchante Babayaga, qui essaie de résonner les enfants, en vain!
---
Sources: www.russievirtuelle.com, www.orientale.fr

Aucun commentaire: