dimanche 16 décembre 2007

Un week end à "Lada"

Il était une fois Lada, à quelques encablures de Moscou. Dix petits cottages perdus dans la nature au bord d'un étang gelé où pécheurs, promeneurs solitaires, aventuriers sur motoneiges s'adonnent à leur passe temps favori un jour de décembre, certes il manque un peu de soleil ce jour-ci mais le bon air et le calme sont au rendez-vous. Profitez alors d'un bon week end détente au milieu de la forêt, c'est comme on se l'imagine! un vrai conte de fée russe...
L'escalier de bois qui mène au bania et à l'étang (qui ressemble plus à un lac cela dit en passant!)



Il y a 3 tailles de cottages. Celui du haut ci se compose d'un petit salon TV, d'une cuisine et salle d'eau au rez puis au premier la chambre. Il y a un balcon et à l'extérieur tout le nécessaire pour faire vos chachliks. Pas besoin d'apporter sa viande, vous pouvez en commander au restaurant. Il y a également un room service.







Sur l'étang gelé recouvert d'une fine pélicule de neige. Nous sommes le 15 décembre, le soleil à de la peine encore à se montrer et il ne fait pas trop froid!






L'allée principale menant aux différents cottages. Il y a possibilité de faire du patin, du ski de fond, de la luge, le centre spa se trouve dans le resort "Istra" de l'autre côté de l'étang. Il y a bien évidemment un bania. Il y a un restaurant dans le resort et possibilité d'acheter quelques produits du quotidien dans un "produkti" à 1 km de là.



Jolie petite décoration de Noël sur le perron.

L'entrée du resort avec la réception au fond à gauche. Attention le personnel ne parle pas un mot d'anglais! tout se fait en russe.




Il est très facile de réserver. Rendez-vous directement sur le site internet http://www.istraholiday.ru/ (le site est en anglais), vous choisissez vos dates puis le type de cottage. Le lendemain ou deux jours plus tard vous recevrez un email où on vous demandera de venir régler l'intégralité de votre séjour à l'office de vente situé à Moscou: Oul. Miasnitskaïa 24/3 (le numéro du bâtiment est un peu difficile à trouver) il faut entrer dans une cour puis c'est au fond à gauche. Il y a un panneau sur la porte d'entrée. Tél: 775 55 50.
---
Une fois le réglement fait la personne vous donnera une brochure avec un plan détaillé pour vous y rendre et le cottage n'est pas difficile à trouver. Attention il y a deux cottages: Istra et Lada. Se sont deux cottages appartenant au même resort mais ils ne sont pas situés l'un à côté de l'autre. Le complexe Istra est plus grand et de nombreuses activités y sont proposées, beaucoup plus qu'à Lada. Celui de Lada est beaucoup plus petit mais plus charmant. Faites votre choix! Les deux se trouvent à environ 40 km du MKAD, soit env. 75 km du centre de Moscou.
---

mercredi 12 décembre 2007

Une étoile dans la maison haute

Née en 1910 à Saint Petersbourg, Galina Oulanova aura toute sa vie durant dédié sa vie à la danse. Même si toute jeune elle aspirait à une toute autre carrière, les turbulences du début de ce siècle vont la conduire, sous les conseils avisés de sa mère ballerine également, à épouser la carrière de danseuse classique. En 1917, sous les conseils de celle-ci, elle va donc entrer dans l'internat de l'école chorégraphique de Saint-Petersbourg. C'était à l'époque, selon sa mère, un bon moyen pour elle de ne manquer de rien et d'être à l'abri des lendemains incertains en pleine période révolutionnaire. Durant toute sa jeunesse elle n'entendra que les mots "il doit" et "il faut", répétés maintes et maintes fois par sa mère dont le seul but était de la mettre à l'abri du besoin.



Il fallait qu'elle soit la meilleure, l'étoile que personne ne pourrait atteindre. La danse est un art mais une école de vie et Galina atteindra le sommet de son art par sa persévérance et sa volonté. Son professeur lui enseignera une technique rigoureuse, insistant sur une stricte tenue du torse et des positions des bras pour ce qui concerne l'expressivité, et sur les jambes pour la virtuosité. Plus tard c'est toute sa capacité à exprimer les émotions qui fera toute la différence. C'est pour cela d'ailleurs qu'elle fut autant admirée. Son talent de comédienne associé à l'art de la danse aura créé un tournant dans l'histoire de la danse classique russe. Stanislavski créa le théâtre et l'opéra dramatique, Oulanova introduisit ce système sur scène. Le moindre de ses gestes se devait d'exprimer, d'épouser le rôle.



Elle sera notamment la première danseuse à interpréter Roméo et Juliette de Shakespeare et par hasard ou par amour pour ce rôle, c'est à l'âge de 50 ans, à Vérone, sous le célèbre balcon qu'elle décidera de mettre un terme à sa carrière.


Après des débuts au ballet du Kirov en 1928, elle passera au théâtre Bolchoï, où elle sera soliste de 1944 à 1960. Après son retrait de la scène elle fut nommée professeur et continua à enseigner la chorégraphie jusqu'à sa mort en 1998.


Très appréciée par tout un peuple elle le fût également de Staline qui insistera pour qu'elle n'habite qu' à Moscou, bien qu'elle eut toute sa vie regretté d'avoir quitté son Saint-Petersbourg natal. "En tant que ballerine du Bolshoï elle doit vivre à Moscou", se répétait à dire Staline à propos d'un éventuel retour aux sources. Et connaissant le bonhomme il valait mieux ne rien dire. Galina Oulanova emménagea en 1952 dans la mythique tour stalinienne du quai des Chaudronniers, qui fut édifiée par des détenus du goulag. Cette tour que je qualifierais de ni belle, ni affreuse mais spectaculaire fût et restera l'un des emblèmes de l'époque soviétique. À compter de ce jour, elle ne le quitta plus, et fit à jamais partie de cette élite artistique qui résida dans la maison haute 1/ du si célèbre quai.





La visite de l'appartement de Galina Oulanova est intéressante à plus d'un titre car non seulement elle vous permet d'accéder dans ce bâtiment, symbole de toute une époque, mais en plus elle vous permet de vous imprégner de ce que pouvait être la vie de ces privilégiés d'un autre temps. Situé au 6 ème étage, l'appartement offre une vue spéctaculaire sur le Kremlin et la Moskva. D'une superficie de 145 mètres carrés, il est assez grand pour un appartement "privatif" 2/ de l'époque soviétique.



Sa demeure est raffinée, meublée avec goût. Contre un mur du salon est accroché un grand miroir devant lequel inlassablement elle faisait ses exercices quotidiens, appuyée sur une chaise en guise de barre. Elle disait souvent "comment peut-on aimer faire ce qui est si difficile". Tout dans cet appartement-musée raconte la vie artistique de cette ballerine. Elle n'a jamais accroché de photos d'elle sur les murs par contre de nombreux objets, pour la plupart des figurines liées au monde de la danse, ornent l'appartement. Ce sont essentiellement tous des cadeaux d'admirateurs qu'elle gardait précieusement.




Dans la bibliothèque environ 2,500 livres, principalement sur les beaux-arts, dont 300 dédicacés sont soigneusement rangés. Dans une autre pièce, la seule qui fut transformée après le décès de la ballerine, on y voit quelques chaussons de danse (c'est d'ailleurs intéressant de voir qu'elle a pu être l'évolution du chausson de danse en 75 ans!), des costumes de scènes, une lettre du pianiste Richter, des photos de répétitions, un dessin de Chagall dédicacé, des photos d'artistes amis.



En 1956, elle fit partie, avec Rostropovitch, des quatre premiers artistes soviétiques à pouvoir quitter le pays pour des tournées à l'étranger. Après son retrait de la scène en 1960, elle fut nommée professeur et continua à enseigner la chorégraphie jusqu'à sa mort en 1998. Elle repose aujourd'hui au cimetière Novodievitchi, en face de la tombe de son premier compagnon de voyage, Mstislav Rostropovitch.



La visite de l'appartement-musée se fait sur rendez-vous uniquement au (095) 915 44 47.

1/ La Maison Haute est le titre du livre écrit par Anne Nivat sur la fameuse tour stalinienne du quai des Chaudronniers.
2/ En opposition avec les appartements communautaires où la majorité de la population habitait.


Adresse: 1/15 Kotelnitcheskaïa nab. - Appt.185. Métro Taganskaïa puis à pied ou en Trolleybus n. 63 ou 16.


dimanche 2 décembre 2007

Valenki...Les bottes venues du froid


photo: des valenki personnalisées


Si vous n'habitez pas en Russie, vous n'aurez certainement jamais vu ni entendu parler des valenki. Moi-même il m'a fallu attendre mon premier hiver à Moscou pour voir ces étranges bottes portées dans la rue sans pour autant savoir en quelle matière elles étaient faites. Je vous rassure ces bottes d'un autre temps ne courent pas les rues de Moscou - je n'ai vu d'ailleurs que deux personnes en porter - elles sont mêmes en voie de disparition. Vous vous dîtes alors que vous comprenez très bien pourquoi. Au regard de la photo on ne les trouve pas forcément endossables et encore moins confortables. Et bien sachez que ces bottes en feutre typiquement russes commencent à bien se faire connaître en Europe par le biais de grands couturiers, tel que Gianfranco Ferre, et elles ont su se faire remarquer sur les podiums internationaux lors des défilés de la saison automne-hiver 2006-2007. La version archaïque a laissé place à une version plus haut de gamme et aujourd'hui les élégantes les portent décorées de strass, de broderies, de tapisseries etc...



Revenons un petit peu en arrière...







Les valenki, considérées comme des chaussures typiquement russes, seraient en réalité d'origine mongole (valenki de forme mongole sur la photo du haut). Et oui, la Russie ayant été envahie tout au long de son histoire passée par des peuples d'Asie centrale, il fallait bien que les mongoles leur laissent quelques souvenirs en héritage. Cependant, bien que d'origine mongole, les valenki russes sont uniques sur un point essentiel (les connaisseurs vous le diront): elles n'ont aucunes coutures. L'idée paraît incroyable mais c'est vrai.


en photo: Valenki en version caucasienne

Dans les familles paysannes, les bottes de feutre étaient reçues par voie de succession, les moyens de résister au cruel froid de l'hiver n'étant pas bon marché. Le tsar Pierre le Grand estimait que les valenki avaient des qualités curatives. "Si le matin vous avez la "gueule de bois", mettez vos pieds nus dans les bottes de feutre et avalez une écuelle de soupe au chou aigre", recommandait-il.



Catherine II les utilisait pour soigner ses rhumatismes et permettait aux dames de la cour de mettre des bottes de feutre même avec des robes d'apparat. Elles aimaient aussi porter des bottillons souples en feutre.



Autrefois, la gamme de couleur des bottes de feutre russes était restreinte: gris, noir et blanc. Maintenant on en trouve en orange, vert ou violet et elles sont faites à partir de tout type de laine. Il y en a même en poil de chameau!


La laine travaillée de manière très compacte procure une excellente isolation contre le froid; et il est tout a fait possible de marcher avec ces bottes dans la neige fraîchement tombée. Par contre, lorsque le sol devient humide, on se doit d'ajouter une sur chaussure en caoutchouc sur la partie inférieure de la botte (à peu près jusqu'à la cheville) et qui empêche la chaussure d'absorber l'eau.




photo: laine d'agneau


Il existe dans le centre de Moscou un très récent musée des Valenki. Il se situe non loin de la station de métro Paveletskaïa. La visite guidée est très ludique et fort intéressante. Je vous le conseille vivement lors de vos week end hivernaux. Il vous suffit de prendre rendez-vous et une charmante demoiselle vous expliquera l'histoire ainsi que les secrets la fabrication de cette étrange botte. Toutes les photos qui apparaissent dans l'article ont d'ailleurs été prises sur place.



photo: machine traditionnelle servant à étirer et aplanir la laine



photo: par un procédé de compression manuelle l'ébauche de gauche devient la botte non encore terminée qui est à droite!



photo: les valenki de l'espace!





Le musée se situe au 2ème Kozhevnitchesky per., 12. Tél: 775 25 77. email: elvira-valenki@yandex.ru



en photo: La grande boutique attenante au musée où vous trouverez des valenki mais aussi d'autres articles en feutre. La boutique est ouverte tous les jours même le week end sans interruption de 10h30 à 20h30. Vous pouvez également sur place commander vos valenki personnalisées.

samedi 1 décembre 2007

les bulbes dorés s'illuminent sous le soleil

Samedi 1 décembre 2007. Il fait -8 degrés et il est 13h30