samedi 19 avril 2008

Polémique autour du monument de Pierre le Grand

Le monument de Pierre (le Grand), également appelé le monument du Tricentenaire de la Flotte Russe, ne fut pas construit dans le calme, mais plutôt sur fond d'intrigues politiques et de règlements de comptes. Vérités camouflées ou mensonges édulcorés, c'est un peu difficile de s'y retrouver tant la toile de fond peut parfois paraître un peu floue. C'est en parcourant le livre "Le peintre Zourab Tsereteli", de Lev Kolodny que j'ai décidé de réhabiliter cette gigantesque statue. Vous l'aurez certainement déjà vue, son style est très pompeux. Une chose est sûre elle ne passe pas inaperçue. Petit retour sur les aventures de cette incroyable statue qui échappa de justesse à la dynamite!

Nous sommes en 1995, en plein coeur de Moscou. De nombreux édifices grandioses sortent de terre, comme un clin d'oeil à l'époque stalinienne où gigantisme était le mot d'ordre. Vous me direz la situation est à peu près identique et l'architecture monumentale permet d'affirmer la grandeur d'un pays qui vit une crise d'identité ou un grand malaise, quelle qu'en soit la cause.


Le monument de la Victoire ne fait qu'amorcer une longue liste d'autres réalisations. Le chantier de la reconstruction de la cathédrale du Christ Sauveur bat son plein, et les travaux sous la Place du Manège s'approfondissent et s'élargissent de jour en jour... Au début de l'année 1996, le maire de Moscou, Loujkov, présente au président Eltsine les projets du monument de Pierre qu'on avait l'intention d'installer en face de la cathédrale, sur un emplacement choisi par le maire, lui-même. Suite à l'accord donné par Eltsine, le projet du monument se voit attribué à Lev Kerbel, mais très vite l'ébauche du monument déplaît au maire. Ce-dernier décide donc de soumettre le projet au Conseil d'urbanisme et commande des projets parallèles à d'autres sculpteurs, dont Tsereteli qui s'avère être également un de ses amis proches. Le choix, fait par le Comité de Moscou pour les célébrations du Tricentenaire, se portera finalement sur le projet de Tsereteli.


À cette époque, cette décision ne ressort pas dans la presse et sera même, durant six mois, cachée au grand public. La raison vient du contexte politique. Les communistes, à la pointe de la lutte pour la succession de Eltsine, sont forts de millions de déshérités et de retraités qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts. Eltsine, quant à lui, mène sa campagne en s'affichant partout avec le maire Loujkov, son principal allié. C'est la raison pour laquelle, avant le scrutin de l'été 2006, personne ne songea à attaquer le projet de peur de viser le principal allié du Président. L'histoire se répète, le Kremlin a force de loi et empêche la polémique.




Eltsine gagne les élections le 3 juillet 2006 non sans l'aide de Loujkov à Moscou. En province le succès électoral est dû aux directeurs de campagne de Eltsine qui sont en même temps les adversaires politiques de Loujkov. C'est maintenant qu'ils jugent le moment opportun de prendre à partie le maire qui a commis le sacrilège d'ériger le monument au tsar. On fait croire entre autre que Pierre le Grand détestait Moscou et qu'il n'avait pas sa place au coeur même de la ville. Le maire, bénéficiant d'une image très positive à Moscou, et l'artiste sont directement attaqués par toute la presse écrite et audiovisuelle. On attaque la hauteur de la statue (93 mètres), sa situation, tout y passe... Le 20 octobre pourtant les ouvriers procèdent au montage de l'immense statue mais aucun journaliste n'est présent ce jour-là. Ce n'est que le 15 décembre qu'un groupe de jeunes artistes, accompagné d'une ribambelle de journalistes avides de sensations font une apparition au pied de la statue. Le soir même la première chaîne russe aurait, toujours selon Lev Kolodny, diffusé un reportage truqué destiné à des millions de téléspectateurs. Le Pierre de la Moskva se transforme comme par enchantement en statue de Colomb. Les commentaires n'y vont pas avec le dos de la cuillère: "Le Pierre, c'est l'ancien Colomb rejeté par l'Amérique...".


On s'en prend aux origines géorgienne du sculpteur et à l'amitié qui l'unit avec le maire. La polémique est au plus fort, des groupes pro et anti "Loujkov-Tsereteli" se créent avec pour toile de fond le monument de Pierre, qui pour les uns tient toute sa place à Moscou, et qui pour les autres devrait partir en fumée. Eltsine, le seul qui aurait pu s'opposer à ces attaques et intervenir en faveur de Tsereteli ne fait rien. Bien au contraire, il fera des commentaires très négatifs aux journalistes deux semaines après s'être déplacé sur le chantier de manière secrète. Dans son discours il invita même Loujkov à aller chercher d'autres sculpteurs et termina en disant qu'il n'avait rien à voir avec ce projet. Le maire n'y comprend rien puisque c'est lui même qui fut le premier à voir le projet en sa présence...


Un an après cette déclaration, le directeur général de la chaîne, Sergueï Blagovoilne, prend sa démission et avoue qu'il y a eu campagne contre le maire. Selon les dires de Loujkov, rapportés par l'auteur "Eltsine cédait malheureusement assez souvent aux pressions. C'était le cas quand il a vu se déployer une campagne de discréditation de Loujkov. Comme ceux qui orchestraient cette campagne savaient très bien que Zourab est un ami à moi, ils ont décidé de concentrer les tirs non pas sur moi mais sur mes fidèles, sur les gens de mon entourage...".


La municipalité reprendra la situation en main et commencera à battre l'adversaire sur le terrain en utilisant les mêmes armes et en s'entourant de spécialistes de la communication. Les amiraux demanderont également de ne pas céder aux pressions des adversaires du monument et de permettre à son auteur d'achever son oeuvre. La communauté internationale s'en mêle et les autorités municipales d'un arrondissement de Londres propose même au maire de Moscou de transférer le monument sur le bord de la Tamise si le gouvernement de Moscou continue à faire opposition!


Le 7 juillet, tous les journaux de Moscou annoncent que dans la nuit du 5 au 6 juillet un certain commando a miné le monument de Pierre, mais que l'explosion n'avait pas eu lieu car il y avait du monde sur le quai. Ils protestaient ainsi contre le projet de transférer la dépouille de Lénine. La statue échappa donc de justesse à son envol en fumée. Après tous ces événements la cérémonie d'inauguration eut lieu le 5 septembre 1997, en présence du maire, Eltsine, quant à lui, ne brilla pas par sa présence. Tsereteli, quant à lui se vit attribuer de nombreux prix, sa cote de popularité s'envola et ses tableaux sont de plus en plus vendus aux enchères pour des sommes juteuses! Enfin et pour couronner le tout, la société d'astonomie "Espace-Terre" attribua son nom à une étoile de la constellation de la Grande Ourse... Il ne pouvait pas rêver mieux. Il dira lui-même "J'ai l'impression d'être propulsé dans l'espace". Une étoile au firmament et la bourse pleine que pouvait-il rêver de mieux!





Lev Kolodny "Le peintre Zourab Tsereteli" Tsereteli se raconte. Ed. Golos-Press 2006.

Aucun commentaire: