jeudi 1 mai 2008

La maison Igoumnov (résidence de l'ambassadeur de France)


La maison Igoumnov




Vous aurez sans doute remarqué cette splendide et imposante maison se trouvant sur la Bolchaïa Iakimanka. Il s'agit de la résidence de l'ambassadeur de France, mais elle est plus connue à Moscou sous le nom de maison Igoumnov, du nom de son ancien propriétaire. Autrefois située dans un quartier plutôt calme, le long d'une rue où ne passaient que quelques voitures et calèches, elle s'est peu à peu retrouvée par la force des choses au milieu d'un réaménagement urbain important, et l'agréable rue a laissé place à une avenue à six voix où le trafic est incessant.







Mais revenons un peu en arrière...


La famille de Nicolaï Igoumnov, riche industriel moscovite possédait déjà depuis 1851, une magnifique demeure de style Empire sur le même emplacement. Cependant, très attaché au style architectural russe ancien, le seul souhait de Nikolaï fut de rétablir les traditions de la Russie Ancienne, expression de l'âme russe. Il décida alors d'y faire construire en 1888 un hôtel particulier dans le goût russe. Il en confia le projet à Nikolaï Pozdeiev, un architecte de Iaroslav qui connaissait bien le patrimoine architectural russe. L'histoire dit qu'un jour Nikolaï Igoumnov, visitant ses manufactures à Iaroslav, tomba en admiration devant deux églises et souhaita absolument que son architecte s'occupe des plans de sa future nouvelle résidence. L'affaire fut alors entendue et c'est ce-dernier qui réalisa les plans de la future résidence.


Détails de la façade extérieure


La maison construite en 1888 est le meilleur exemple de l'architecture néorusse* de Moscou à la fin du XIX siècle. Le style russe du XVII siècle fut considéré à la fin du XIX ème, dans les milieux slavophiles auxquels appartenaient les Igoumnov, comme le sommet de l'architecture russe. La maison représente ainsi le plus bel exemple d'architecture privée néorusse de la capitale, et le seul dont les intérieurs ont plus ou moins été conservés. Son architecte mourut peu de temps après la fin des travaux, elle est donc tout ce qu'il y a de plus unique!




Une porte du rez de chaussée




La fin du XIX siècle est une période durant la quelle beaucoup d'hôtels particuliers seront construits. En effet, il faut savoir qu'après l'abolition du servage, qui n'arriva que très tardivement en Russie en 1861, de nombreux aristocrates ont vu leur domaine s'effriter faute de personnes pouvant s'occuper des terres. Par conséquent
c'est à partir de cette époque qu'une nouvelles classe de grands et riches marchands construisirent de nombreux hôtels particuliers.



L'entrée et l'escalier d'honneur


À la Révolution de 1917, la famille dû certainement émigrer à l'étranger ou quelque chose de pire lui arriva mais on en a aucune trace. La maison fut alors réquisitionnée par le nouveau gouvernement bolchévique. La France reconnu le nouvel État soviétique en 1924 et partant de là, il fallut trouver à Moscou un édifice à même d'abriter la délégation française de manière aussi somptueuse que l'ancien hôtel diplomatique de Saint-Petersbourg. À cette époque une ambassade provisoire se trouvait dans le quartier d'Ostojenka, mais les bâtiments, trop exigus ne permettaient pas une installation permanente et ils durent même très vite se voir attribuer un autre bâtiment pour y installer la chancellerie. L'URSS proposa cinq maisons magnifiques mais toutes furent refusées.







En 1937 commencèrent les négociations avec le gouvernement stalinien pour la location de la maison Igoumnov qui n'était pas libre à cette époque. Effectivement un club ouvrier en avait fait ses quartiers et était même sur le point d'abattre des murs pour y créer une salle de cinéma. Le désastre faillit se produire quand des hommes censés se rendirent compte du sacrilège. Staline lui-même approuva le premier contrat de bail et une phase de restauration et de rénovation s'ensuivit. Le choix de cet hôtel particulier pour abriter le siège de la délégation française s'explique non seulement par la beauté de la maison elle-même mais également par sa double destination d'origine: professionnelle et familiale. De plus les anciens communs dans la cour arrière, purent servir de chancellerie.

Une des portes du rez de chaussée



Puis c'est la Seconde Guerre mondiale, l'ambassade est déserte en 1941 et 1942. En 1943 un nouvel ambassadeur est nommé et le général de Gaulle y passera quelques semaines en 1944. Les relations diplomatiques entre la France et l'URSS s'élargissant, il fallut trouver des solutions aux problèmes de logement et de travail auxquels la maison Igoumnov et les anciens communs ne répondaient plus. Les français finirent en 1979 par faire construire une nouvelle chancellerie ainsi qu'un immeuble d'habitation dans la parcelle mitoyenne. La France est propriétaire de la chancellerie et locataire de la maison Igoumnov.

L'antichambre avec l'entrée dans le grand salon



Ce qui frappe lorsqu'on s'approche de cette maison massive c'est tout d'abord sa façade. Le bâtiment possède des terems à haute toiture, des tours à chatior, des perrons à colonnes renflées et des céramiques polychromes. En entrant vous remarquerez le sol, les voûtes, les magnifiques portes, toutes différentes, et le superbe escalier d'honneur qui mène aux salles d'apparat. La décoration intérieure nous fait inévitablement penser au "palais des Terem" dans le Kremlin ou la maison des boyards Romanov. L'intérieur est très riche en couleurs et de nombreux détails ont été soigneusement étudié. J'aime particulièrement les portes, toutes travaillées presque à l'excès renvoient une image de conte de fée. Autant dire que nos portes actuelles font très misérables à côté.



La décoration du plafond et ses moulures imposantes



L'entrée, l'escalier et l'antichambre du premier étage forment un ensemble néorusse unique en Russie pour son unité artistique et son authenticité historique. Le décor de la salle à manger, réalisé dans le même style n'existe plus. Seuls quelques petits détails difficilement visibles pour des yeux amateurs sont aujourd'hui les rescapés du style d'origine (le plafond voûté, la décoration sur les bordures des fenêtres...).

Le lustre du grand salon



Le décor des autres salles d'apparat est néoclassique d'inspiration française. Nous passons successivement en enfilade le grand salon, le petit salon et le salon des filles (en référence aux quatre filles de Nikolaï Igoumnov), les seules pièces du premier étage ouverte au public. Le grand salon est décoré dans le style Louis XVI. Tous les meubles proviennent de l'ancienne ambassade de France à Saint-Petersbourg. Le plafond et ses moulures sont de toute beauté. Le magnifique lustre de style russe provient de Saint-Petersbourg. Le petit salon est dans un style Louis XV et le salon des filles, plus épuré, est de style renaissance avec quelques touches d'art Nouveau.


Le grand salon



Aujourd'hui la maison Igoumnov continue de remplir sa fonction d'hôtel diplomatique de prestige en y mêlant les traditions russes et françaises...


*Autres bâtiments de style néorusse à Moscou: le musée polytechnique, le Goum, le bâtiment rouge abritant le musée d'Histoire sur la place Rouge.


Moscou Patrimoine Architectural, éd., Flammarion, 1997.


Aucun commentaire: