samedi 27 septembre 2008

Du palais d'Hiver à l'Ermitage

Le palais d'Hiver, devenu le musée de l'Ermitage, est le dernier de cinq édifices qui se sont succédés sur le terrain. Le palais impérial commença à prendre une forme luxueuse et grandiose sous le règne d'Elisabeth, la fille de Pierre le Grand, de 1754 et 1762. C'est encore une fois Rastrelli, le maître incontesté du baroque russe qui travailla sur les plans du palais. Les intérieurs n'étaient pas terminés lorsque Catherine II renvoya Rastrelli en 1762. Le chantier intérieur fut terminé par différents architectes européens (français, allemands et italiens).


Le palais d'Hiver depuis la forteresse Pierre et Paul



C'est Catherine II, dont la collection de tableaux devenait sans cesse croissante, qui ordonna la construction d'un nouvel édifice qui devait jouxter le palais d'Hiver. C'est ainsi qu'au fil des ans quatre bâtiments nouveaux firent construits, respectivement le Petit Ermitage, le Vieil Ermitage, le Grand Ermitage et le Nouvel Ermitage. C'est le Petit Ermitage qui donna son nom à tout le musée. La fondation de l'Ermitage en tant que musée remonte à 1764, date à laquelle Catherine II fit l'acquisition de sa première collection de tableaux. Actuellement, les collections du musée, comprennent environ trois millions d'oeuvres.



Le palais-musée en quelques chiffres: il occupe une superficie de 10,400 mètres carrés. Il compte 1050 salles, 1886 portes, 1945 fenêtres et 117 escaliers. Les reliefs au dessus des fenêtres sont tous différents, 90 sculptures et 40 vases s'alignent le long du toit. Le bâtiment est tricolore: vert, blanc et or. Le musée de l'Ermitage est aujourd'hui l'un des plus grands musées du monde. Sa collection occupe 400 salles. Accrochez-vous! pour admirer chaque objet d'art pendant 10 secondes, il vous faudra plus de 300 jours pour tout voir...



Anecdote: Pendant très longtemps le palais d'Hiver était le plus haut édifice de Saint-Pétersbourg, et il était interdit d'en construire un plus haut. La raison en était la suivante: sur son toit étaient disposées des lanternes, qui selon un jeu de lumière permettait de renseigner sur les déplacements de la famille impériale entre notamment Tsarskoïe Selo et Saint-Pétersbourg.


Aucun commentaire: