mardi 14 octobre 2008

La cathédrale de Smolny



Rastrelli (et oui! toujours le même), le plus russe de tous les architectes italiens, qui mit tout son talent au service de la tsarine Elisabeth, commença la construction du couvent Smolny en 1748, mais il ne termina pas son oeuvre. L'impératrice désirait cette demeure pour y terminer sa vie mais elle mourut trop jeune, à l'âge de 52 ans. Cette intention orienta alors les idées de l'architecte vers la réalisation d'un palais religieux. Cependant le projet initial et grandiose baroque de Rastrelli n'a jamais vu le jour. En effet, bien qu'Elisabeth I soit une ardente adepte du baroque, ce ne fut pas le cas de Catherine II qui y préférait le classicisme. Elle congédia alors Rastrelli et le fit achever par Stasov.


Catherine II, malgré son aversion pour le baroque, installa à Smolny un institut d'éducation pour jeunes filles de la noblesse. Cette école allait environ cent cinquante ans plus tard connaître un destin moins douillet.



Le 4 août 1917, le bâtiment déserté par les demoiselles en vacances fut envahi par une troupe d'hommes: le Soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd s'installait chez les pensionnaires. En quelques jours, l'Institut devint le coeur de la Révolution, le centre où aboutissaient les ordres du jour de Lénine. C'est de là que partaient les détachements armés vers le palais d'Hiver, où le gouvernement provisoire vivait ses dernières heures...

1 commentaire:

Schlabaya a dit…

J'ai eu vent de Smolny en lisant un roman intitulé "L'étrangère de Saint-Pétersbourg", l'héroïne y est pensionnaire, mais je ne savais pas que cette école avait abrité les activistes de la Révolution de 17.