mardi 28 octobre 2008

Ne bavarde pas!



"Ne bavarde pas", intime sur une célèbre affiche de 1954 une femme au visage sévère, un doigt sur la bouche, "sois vigilant, de nos jours les murs ont des oreilles. Il n'y a pas loin des bavardages et des commérages à la trahison".


Cette crainte que toute parole imprudente puisse être utilisée par les ennemis de l'URSS renvoie à la tendance de la société soviétique des années trente à voir partout des espions, des saboteurs ou des agents des puissances étrangères. Toute parole qui n'est pas soigneusement pesée est une imprudence, car sérieusement ou non, "Bavarder, c'est aider l'ennemi".


Tiré du livre d'Amandine Regamey, "Prolétaires de tous pays, excusez-moi!", Ed. Buchet Chastel, Paris 2007.

Aucun commentaire: